Léon Daudet (16 novembre 1867 – 30 juin 1942)

leon-daudet
Vive Léon Daudet ma mère ! Vive Léon daudet ! Il pend les tueurs au collet ! Vive Léon daudet !

« La démocratie, c’est la Révolution couchée, et qui fait ses besoins dans ses draps. »

« Le régime démocratique n’est, au moyen du suffrage universel, qu’une vaste machine à fabriquer des salopiots, et ce salopiot, à peine usé et démonétisé, un autre lui succède, qui fera demain, à peine dessalé, la même chose que lui. »

« Le suffrage universel est stupide. Il n’a ni yeux, ni oreilles, ni odorat, ni même toucher. Il n’a qu’un ventre, que des appétits, que des besoins immédiats et sommaires. »

« Qui n’a pas été député ne saurait se faire une idée du vide humain. »

« Les seules ententes internationales possibles sont des ententes gastronomiques. »

« Lyon est une ville arrosée par trois grands fleuves : le Rhône, la Saône et le Beaujolais. »

« La mort sans l’Eglise est sans grandeur. Elle a l’air un peu d’une formalité administrative, d’une opération d’arithmétique physiologique, d’une soustraction charnelle : un tel y était. Il n’y est plus. Ca fait moins un. A qui le tour ? »

 « Le dépotoir de la IIIè République. »

« La République a tué mon fils, moi je tuerai la République. »

« Je suis tellement réactionnaire que j’en perds parfois le souffle ! »

« Sorte de lévrier hébreu, minaudant et hautain, à la parole facile et pédante. » (à propos de Léon Blum)

« Un soir glacé de novembre, je lui administrai, d’une voix de stentor, une engueulade soignée. Il m’écoutait balbutiant, effaré, clignotant, sans m’interrompre, et, quand j’eus achevé mes vociférations, il me serra la main, me remerciant de lui avoir dit la vérité, c’est-à-dire qu’il était un fourbe, un incapable et un cochon. » (à propos de Paul Painlevé)

« Large comme une table de douze couverts et rouge comme quelqu’un qui vient d’avaler de travers un drapeau. » (à propos de Léon Gambetta)

« Pauvre larve politicienne qui a l’air, physiquement et moralement, d’avoir été prise entre deux portes. » (à propos de Paul Doumer)

« C’est une tête de mort sculptée dans un calcul biliaire. » (à propos de Georges Clémenceau)

 « Il a toujours profondément méprisé la nature humaine, en raison même de l’échantillon que lui renvoyait son miroir. » (à propos de Georges Clémenceau)

« Il avait le goût du déshonneur, de la déchéance et de la mort de son prochain, comme d’autres aiment le vin et les jolies filles. » (à propos d’Emile Zola)

« Il émane de lui une odeur qui me plaît : une odeur de fin de régime. » (à propos d’Aristide Briand)

Florilège de citations de Léon Daudet, écrivain, journaliste et homme politique français. Fils du célèbre écrivain Alphonse Daudet, Léon Daudet, nationaliste républicain converti au monarchisme, est une des personnalités charismatiques de l’Action Française, il fut député de la Seine de 1919 à 1924. Il a laissé à la postérité une œuvre littéraire parmi les plus prolifiques du XXème siècle.

 

 

 

 

 

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s