Charles Baudelaire (1821-1867)

baudelaire

Ils croient que Jésus-Christ était un grand homme, que la Nature n’enseigne rien que du bon, que la morale universelle a précédé les dogmes de toutes les religions, que l’homme peut tout, que la vapeur, le chemin de fer et l’éclairage au gaz prouvent l’éternel progrès de l’humanité. Tous ces vieux rogatons pourris sont avalés comme sublimes friandises… Progrès, que j’appelle, moi, le paganisme des imbéciles. C’est ma séparation d’avec la bêtise moderne. Peut-être me comprendra-t-on enfin.

Charles Baudelaire, Lettre à Paul Nadar, avril 1864.

Publicités

3 réflexions sur “Charles Baudelaire (1821-1867)

      1. Ahahah ! Merci à Didier Goux, à son sens aigu de l’observation ainsi qu’à son savoir ! C’est corrigé.
        A bientôt.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s