Manifeste pour le droit du port d’armes aux Français.

bellatores
Bellatores. Picardie, vers 1180.

Pouvoir se défendre, par les armes si il le faut, lorsqu’on est attaqué : droit naturel, ancestral, inaliénable et fondamental des hommes depuis leur apparition sur la surface de la Terre et ce, dans toutes les civilisations saines et équilibrées.

Dans une France martyrisée par la botte démocratique, régime procédurier d’invertis, de fiottes et de petites vierges effarouchées, protéger sa famille et ses biens lors d’un braquage conduit immédiatement à la mise en liberté du braqueur et à l’embastillement de la victime ayant eu le malheur d’avoir voulu se défendre.

Bien que la priorité soit d’abord, à nos yeux de patriotes, de fermer ce parc de loisirs à racailles Schengen, de refouler aux frontières tous ces immigrés clandestins à qui les Français devraient, paraît-il, gîte, couvert, protection sociale et sanitaire, indemnités et retraites. Il est une autre urgence bien comprise par tous les patriotes sensés : celle du rétablissement de la peine de mort pour tous les assassins et violeurs trop souvent originaires de l’extérieur comme pour tous les traitres de l’intérieur et autres français reniés. Viendra aussi l’heure d’une nécessaire remigration avant que nos caisses de solidarité nationale soient siphonnées et avant que les Français désarmés soient conduits comme des veaux ou des moutons à l’abattoir.

Toutes ces mesures de salubrité publiques s’accompagneront, pour le salut de la France et des Français, du rétablissement du droit au port d’armes.

L’Histoire nous a montré que nos « gouvernants » républicains ont souvent eu une responsabilité accablante en désarmant (en qualité et en quantité) nos propres armées et ses supplétifs. Souvenons-nous aussi que notre secteur de l’armurerie de chasse et de loisir a fait l’objet d’un incroyable mépris de la part de la caste politico-merdiatique depuis des décennies.

Par ailleurs, non contents d’avoir liquidé le secteur armurier, les métèques – que dis-je ? – les sacs à merdes qui nous servent de « gouvernants » ferment les yeux sur des banlieues de racailles armées jusqu’aux dents. Finalement, la raie-publique prétendument française n’a pas complètement aboli le port d’armes puisqu’elle en a laissé le monopole aux criminels et racailles de tout poil afin de créer un outil de terreur sur la majorité d’honnêtes travailleurs français. Régner par le chaos. En somme, nous vivons donc bien sous un régime inique qui porte systématique le Mal au pinacle. Ce régime funeste, ce régime nocif, ce régime dangereux, ce régime rance, ce régime moisi, ce régime de mort c’est leur démocratie.

Pourtant, pour la plupart des honnêtes gens de bon sens, le droit de porter des armes relève de la liberté individuelle et du droit à l’auto-défense le plus naturel et le plus indiscutable. Il serait absurde, pour un homme honnête et droit, de défendre le droit à la vie, et en même temps d’empêcher les personnes de s’armer pour se défendre comme elles l’entendent.

Ajoutons d’autre part que, comme dans le cas de l’interdiction de la drogue, la prohibition ne profite qu’à ceux qui ne la respectent pas (marchés noirs, trafics…), tandis que ceux qui se soumettent docilement à la loi tels des idiots sont les premières victimes, les dindons de la farce, les bonnes poires.

Par ailleurs, l’État trouve souvent intérêt à réprimer le droit au port d’armes pour des raisons de « sécurité publique ». Quand bien même l’État aurait légitimité à protéger les gens d’eux-mêmes, force est de constater sa défaillance quotidienne à protéger les citoyens des crimes et délits. L’État, qui est le plus grand acheteur (ou vendeur) d’armes, bombes, missiles, avions de chasse, etc… est mal placé d’un point de vue moral pour défendre une telle interdiction. La prohibition du port d’armes participe à la réduction des libertés, l’histoire montre d’ailleurs qu’il s’agit là d’une des premières décisions que mettent en œuvre les dictatures. Rien d’étonnant donc que leur raie-publique prétendument française prohibe les armes.

Enfin, précisons que la légitime défense ne doit pas être confondu avec le fait de se faire justice soi-même. La légitime défense consiste à utiliser la force en dernier recours pour empêcher ou stopper une agression. À ce propos, Cicéron déclarait : « Cette loi dit que tout moyen est honnête pour sauver nos jours, lorsqu’ils sont exposés aux attaques et aux poignards d’un brigand et d’un ennemi : car les lois se taisent au milieu des armes ; elles n’ordonnent pas qu’on les attende, lorsque celui qui les attendrait serait victime d’une violence injuste avant qu’elles pussent lui prêter une juste assistance. »

Pour finir de convaincre les quelques pédés et autres « pacifistes des bacs à sable » qui douteraient encore, nous terminerons avec cette très belle citation de Thomas Jefferson à propos du port d’armes : “Les lois qui interdisent le port d’armes ne désarment que ceux qui ne sont ni enclins ni déterminés à commettre des crimes. De telles lois rendent la situation pire pour ceux qui sont agressés et meilleure pour ceux qui agressent. Elles servent à encourager l’homicide plutôt qu’à l’empêcher, car il y a moins de risques à attaquer un homme désarmé qu’un homme armé.” Tout est dit.

Publicités

2 réflexions sur “Manifeste pour le droit du port d’armes aux Français.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s