Je m’appelais Marie-Antoinette Lorraine d’Autriche

Marie-Antoinette
Marie-Antoinette Lorraine d’Autriche, reine de France. D’après un pastel réalisé par Joseph Ducreux (1769).

« Sortant de chez lui, le citoyen Joly traine les pieds. Une fin d’après-midi nuageuse tombe sur Paris en ce 16 octobre… Ou peut-être était-ce même plus tard : le 17 ou le 18, au matin. On ne saura jamais.

Le fossoyeur renâcle à venir accomplir la funèbre besogne ordonnée par la Convention. Il la facturera, dans quelques jours, à la date du 1er novembre : 15 livres 35 sols, sans compter l’achat de la bière au prix de 6 livres.

Dans le cimetière de la Madeleine, proche de la Place de la Révolution, non loin de la sépulture où le ci-devant Roi Louis XVI a été enseveli voici près de neuf mois, il découvre, abandonné, à demi dénudé et gisant dans l’herbe, la tête placée entre les jambes, le corps d’une femme : celui de la fille des Césars ! Ultime marque d’opprobre.

De mémoire d’homme, seul le tyran Créon avait osé infliger pareille déchéance posthume à Polynice, le frère d’Antigone !

Après l’acharnement dans les privations, dans les supplices et les tourments, pareille vexation était-elle encore nécessaire pour abattre la ci-devant reine de France ?

« Pire que le régicide », jugera plus tard Napoléon ! À plus de deux siècles de distance, le procès des 14, 15 et 16 octobre 1793, condamnant Marie-Antoinette à la peine de mort, n’est pas clos. On attend toujours le verdict de la justice et de l’équité. »

Extrait du chapitre VII du Livre Noir de la Révolution Française, « Je m’appelais Marie-Antoinette Lorraine d’Autriche » par Jacques Charles-Gaffiot.

Que peut-on encore attendre aujourd’hui d’un régime ouvertement anticlérical et décadent qui naquit dans les massacres et les bains de sang de leur révolution dite « française » ? Que peut-on attendre de cette funeste démocratie qui condamne le travailleur opprimé tout en protégeant l’usurpateur bourgeois et le bankster parasite ? Que peut-on encore espérer attendre de ce sinistre manège électoral qui fait se succéder des gouvernements de traitres, d’invertis et de bandits à la tête d’un bout de territoire à la dérive peu à peu dissout dans une déferlante migratoire organisée par la finance cosmopolite de concert avec les renégats de la tyrannie bureaucratique de Bruxelles ? Rien.

La seule chose que nous pouvons espérer, c’est que la Providence nous balance enfin un héros crédible pour nous aider à débarrasser la France, dans un ultime camionnage de pourriture, du désastre démocratique qui accable notre France Catholique et Royale depuis trop longtemps. Las, force est de constater que ce régime moribond est en train de pourrir par la tête, l’heure du réveil et de la libération nationale ne devrait plus tarder de sonner…

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s