Olivier V de Clisson (1336 – 1407)

olivier-de-clisson
Olivier de Clisson, connétable de France. Ses armoiries se blasonnent ainsi : De gueule au lion d’argent, armé, lampassé et couronné d’or.

Représentant le plus illustre de la famille de Clisson, grand seigneur féodal breton, Olivier V de Clisson succéda en 1380 à Bertrand Du Guesclin à la connétablie. Son exceptionnelle valeur militaire et sa position de grand féodal fortuné le plonge au cœur des antagonismes de la Guerre de Cent Ans.

D’abord allié à l’ennemi héréditaire anglais dans le cadre de la guerre de succession du duché de Bretagne, Olivier de Clisson finit par se retourner contre son suzerain Jean IV de Bretagne pour se mettre au service des rois de France Charles V puis Charles VI.

Sa bravoure et son courage au combat lui valurent le surnom du Boucher Clisson. Longtemps déconsidéré par les historiens qui le décrivent comme un turbulent personnage, cruel, ambitieux et avide de richesses, Olivier de Clisson n’en demeure pas moins un grand homme de guerre qui demeura un connétable invaincu contrairement à son prédécesseur. Sa gloire posthume réside dans sa victoire lors de la bataille de Roosebeck dont l’éclat n’a malheureusement pas résisté au temps.

Olivier de Clisson a laissé son nom à de nombreuses rues et places dans de nombreuses villes bretonnes où il ne fut pourtant jamais considéré comme un héros du fait de son allégeance à la couronne de France.

En plus de ses très nombreuses places fortes et domaines (Josselin, Blain, Champtoceaux, Pontorson…) Olivier de Clisson possédait un magnifique hôtel à Paris dont le portail, toujours visible rue des Archives, s’offre au regard du passant comme un somptueux témoignage de l’architecture gothique.

De son union avec Catherine de Laval, il eut deux filles : Béatrix et Marguerite.

Olivier de Clisson rendit son âme à Dieu dans son château de Josselin le 23 avril 1407 à l’âge de 71 ans après avoir mis de très nombreuses années de sa vie au service du royaume de France. Il fut enterré dans la chapelle du château de Josselin où sa tombe sera profanée en 1793 par la racaille socialiste et jacobine.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s