Sainte-Bathilde (Vers 630 – 680)

sainte-bathilde
Chronique des temps mérovingiens.

Reine des Francs et épouse de Clovis II, Bathilde aurait grandement influencé son époux afin que ce dernier dirige son royaume le plus fermement et le plus chrétiennement possible. Néanmoins, les divers chroniques mérovingiennes nous ont transmis assez peu de choses sur la vie de Bathilde.

La chronique de Frédégaire qualifie Bathilde de reginam prudentem et elegantem.

Bathilde a très largement veillé au respect des règles ecclésiastiques dans le Clergé et très largement favorisé l’Église et son implantation sur le territoire Francs notamment en relevant de nombreux monastères royaux et en en fondant des nouveaux telles que l’abbaye de Corbie et l’abbaye de Chelles dans laquelle elle s’éteignit en 680.

D’autres établissements religieux de renom reçurent le soutien indéfectible de la reine Bathilde telles que les célèbres abbaye de Saint-Denis, de Saint-Martin de Tours, de Jumièges, de Saint-Wandrille ou encore de Saint-Médard de Soissons.

La reine Bathilde mit au monde cinq enfants parmi lesquels Clotaire III roi de Neustrie et de Bourgogne, Childeric II roi d’Austrasie et Thierry III qui succéda à Clotaire III.

Si la France est bien la Fille Ainée de l’Église, c’est à des personnalités pieuses et catholiques devant l’Éternel telle que Sainte-Bathilde que nous le devons. Ne l’oublions jamais.

« Post præclara omnium virtutum opera, usque ad evangelicam perfectionem voluntarie se sancto proposito subdidit, ut vera Dei famula sub sancta religione beatam vitam feliciter consummavit. » (au terme de ses actes glorieux dans le siècle, elle a recherché la perfection évangélique, et telle une servante de Dieu a achevé sa vie en moniale. Extrait de l’antienne du Benedictus de l’office auprès de l’ancienne abbaye de Chelles.)

Il y eut donc, dans un passé pas si lointain, des Premières Dames qui surent tirer la France vers le haut en lui conférant des racines spirituelles ainsi qu’un patrimoine riche et prestigieux : celui de l’Église. Aujourd’hui, en guise de « Premières » Dames, la France et les français sont les spectateurs malheureusement désarmés du stupre et des frasques les plus vulgaires et les plus éhontées d’une ribaude allogène à guitare, d’une journalope hystérique névrosée et d’un sac à foutre saltimbanque de troisième zone. Qu’on les stérilise toutes à coup de fer rouge dans la chatte pour éviter les couvées de républicains putrides ! Amen.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s