Jean de Dieu Soult (1769 – 1851)

jean-de-dieu-soult
Jean de Dieu Soult sur sa monture lors de la bataille de Burgos. 10 novembre 1808.

Originaire du Rouergue, Jean de Dieu Soult compte parmi les plus valeureux et les plus méritants maréchaux d’Empire. Il est avec Davout, Lannes, Masséna et Suchet, l’un des rares maréchaux capable de diriger la Grande Armée seul en l’absence de l’empereur Napoléon Ier.

Jean de Dieu Soult eut une carrière militaire (puis politique) à l’ascension fulgurante. Engagé dès 1785 dans le régiment Royal d’infanterie, il gravit les échelons de la hiérarchie militaire avec une exceptionnelle rapidité. Contrairement aux actuelles salopes et pédales maçonnisées qui gangrènent la France d’aujourd’hui par copinage et cooptation indigente, Soult ne doit sa brillante ascension qu’à son intelligence, à son dévouement et à sa bravoure.

Considéré comme « le plus brillant manœuvrier d’Europe » par l’empereur Napoléon Ier, Soult fut le maréchal qui contribua le plus à l’éclatante victoire d’Austerlitz.

Lors de la campagne d’Espagne, c’est encore Jean de Dieu Soult que l’on retrouve à la tête de la Grande Armée dont le commandement lui a été confié par Napoléon Ier. À peine arrivé en terre ibérique, Soult remporte de brillants succès notamment à Gamonal, à Burgos, à Santander et à Reynosa avant de culbuter les putridités anglaises à la Corogne.

Après l’abdication de Napoléon en 1814, Jean de Dieu Soult se déclare royaliste. Il reçoit l’ordre de Saint Louis et est nommé ministre de la guerre par Louis XVIII.

Lors du retour de Napoléon Ier de l’île d’Elbe, l’empereur réintègre le valeureux maréchal Soult et le nomme major-général de la Grande Armée. Puis vint le désastre de Waterloo, une mauvaise page qui marquera la fin de la carrière militaire du maréchal Soult.

À la seconde Restauration, Soult est d’abord exilé, son nom est rayé de liste des maréchaux, mais, se déclarant à nouveau fervent royaliste, Louis XVIII le réintègre et Charles X l’élèvera même à la Pairie en 1827.

Après la Révolution de Juillet, Soult se rallia à Louis-Philippe qui le nomma ministre de la Guerre. Jean de Dieu Soult eut alors aussi la charge du maintien de l’ordre en France. C’est d’ailleurs lui qui sera envoyé à Lyon pour mater la première insurrection des Canuts en 1831.

Jean de Dieu Soult aura à peine le temps de devenir républicain. La mort l’emporte en 1851. Il est inhumé dans son village natal de Saint-Amans-la-Bastide. En son souvenir, la commune fut rebaptisée Saint-Amans-Soult.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s