Gaston d’Orléans (1608 – 1660)

gaston-d'orléans
gaston-d’orléans

Troisième fils d’Henri IV et de Marie de Médicis, petit frère de Louis XIII, ce prince de sang fougueux, velléitaire et inconstant mais cultivé et raffiné – comme tout noble de son temps –  a passé l’essentiel de son existence à conspirer contre son frère Louis XIII et Richelieu d’abord. Contre sa belle sœur Anne d’Autriche et le cardinal de Mazarin ensuite.

Invariable dans sa religion aristocratique, il en avait aveuglément suivi les maximes quand il jugea convenable de prendre les armes face à une monarchie de plus en plus absolutiste et centralisée. Gaston d’Orléans se voulait le grand défenseur d’une monarchie mixte avec représentation des corps sociaux à travers des assemblées d’États Provinciaux, le tout soutenu par une noblesse de province, traditionaliste et puissante.

Quoiqu’il n’adoptât pas le bellicisme acharné d’un Charles le Téméraire, dernier grand féodal, Gaston d’Orléans céda néanmoins, s’il est permis de se servir de cette expression, aux cancans des complots, des conspirations et des trahisons très en vogue en ces temps troublés.

D’abord au commandement de l’armée royale qui assiégea La Rochelle protestante, on retrouva par la suite Gaston d’Orléans aux côté du duc de Montmorency à la tête d’une troupe de mercenaires, appelant le royaume à la révolte. Avec cet esprit rétif qui distingue la noblesse de vieille roche chez laquelle le souvenir de la Sainte Ligue et des barricades n’est pas encore éteint, Gaston d’Orléans fit de l’absolutisme royal la bête noire à abattre.

Entré en grâce auprès d’un Louis XIII mourant, Gaston d’Orléans fut finalement nommé lieutenant général du royaume après une longue série d’intrigues.

Gaston d’Orléans mena alors une campagne militaire victorieuse et rapide contre les Espagnols. Il conquit une partie du Comté de Flandres. Mais profitant de la minorité du roi Louis XIV, Gaston d’Orléans, animé par la fougue et la vigueur de l’aristocrate enraciné dans ses traditions tel un vieux chêne dans sa terre, reprit les armes dans le cadre de la Fronde.

Après avoir échappé à tous les dangers qui menaçaient ces aristocrates retors durant cette orageuse époque du XVII ème siècle, Gaston d’Orléans fut finalement exilé, sur ordre de Mazarin, dans son château de Blois où il mourut en 1660. Gaston d’Orléans fut inhumé en la basilique Saint-Denis, ultime privilège pour un prince de sang royal.

L’Histoire se rappellera aussi de Gaston d’Orléans comme l’un des grands queutards de son siècle. Amateur de baveux bien chauds autant que de cons bien chassieux, les poèmes érotiques, parties de débauche et chansons à boire constituaient ses passe-temps favoris. À ta santé Gaston !

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s