Pirate

bateau-pirate
18 nœuds, 400 tonneaux de rhum. Je suis fier d’y être moussaillon.

Y en a qui deviennent sergents
Ou marchands d’peinture
Y en a qui vendent des cure-dents
Ou de grosses voitures
Y en a qui restent tout l’temps
Enfermés comme des patates
Mais moi quand je serai grand
Je serai pirate.

Les pirates ont des tas d’frégates
Des sabres pointus et pas de cravate
Les pirates ont du poil aux pattes
Et un’ tête de mort sur les omoplates
Les pirates ont des jamb’ de bois
Et de gros saphirs luisent à leurs doigts
Les pirates ont des nez vermeils
Et des anneaux d’or pendus aux oreilles

Ils vont sur la mer par bon vent arrière
Et mont’ à l’abordage avec des cris sauvages
Tuent les matelots flanquent les corps à l’eau
Et prennent les gonzesses pour leur pincer les fesses
Les pirates ont de gros mousquets
Des tonneaux de poudre et des perroquets
Les pirates sont borgnes d’un œil
Et leur pauvre mère est toujours en deuil.

Les Pirates, de Boris Vian.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s