Louis X de France dit le Hutin (1289 – 1316)

louis-X-le-hutin
Louis X le Hutin couronné le 24 août 1315 en la cathédrale de Reims.

Douzième régent de la dynastie des Capétiens directs, Louis X, surnommé le Hutin, c’est à dire le querelleur, est le fils aîné du roi de France Philippe IV le Bel et de la reine de Navarre, Jeanne Ier dont il héritera d’ailleurs de la couronne en 1305 suite au décès de cette dernière.

À la fin du règne de son père Philippe, Louis assista au procès des Templiers ainsi qu’à la condamnation de son épouse Marguerite et de ses deux belles sœurs, toutes trois accusées d’adultère avec les écuyers d’Aunay.

Devenu roi de France en novembre 1314 après la mort accidentelle de son père, il commandita l’assassinat de sa femme Marguerite de Bourgogne alors détenue dans la forteresse de Château-Gaillard en Normandie pour adultère. Ceci afin d’épouser Clémence de Hongrie, qui ne lui donna qu’un fils posthume (Jean Ier) mort au bout de quelques jours.

Le court règne de Louis X le Hutin (environ un an et demi) fut essentiellement marqué par la réaction des grands féodaux contre une monarchie de plus en plus puissante. Grands féodaux qui vivaient fort mal leur mise à l’écart au profit de juristes, de légats et de conseillers de modeste origine dans la conduite du gouvernement. Face à cette réaction féodale, Louis X le Hutin fit de nombreuses concessions pour calmer la colère des nobles, faisant ainsi reculer le pouvoir royal que Louis IX et Philippe IV le Bel s’étaient durement employés à raffermir.

Il est à noter que Louis X le Hutin rappela les juifs chassés du royaume par son père et décida la libération des serfs, à titre onéreux.

En outre, Louis X le Hutin était mal portant, d’une nature maladive. En juin 1316, à Vincennes, alors qu’il venait de disputer une partie de jeu de paume sous une chaleur accablante, Louis but du vin glacé et fut subitement pris d’un malaise. Il décéda dans les jours qui suivirent.

Ce règne, pour le moins très court et sans panache, ne prête guère au développement. L’itinéraire pitoyable de ce prince mort sans gloire à 27 ans annonce déjà, avec les règnes tout aussi éphémères de ses frères cadets Philippe puis Charles qui s’ensuivront, la fin de la dynastie des Capétiens directs. Ces épisodes et ces règnes peu glorieux de l’Histoire de France ont donné lieu à une interprétation romancée signée Maurice Druon : les Rois Maudits.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s