Bataille de Friedland (14 juin 1807)

bataille-de-friedland
« Mes enfants ont dignement célébré l’anniversaire de la bataille de Marengo. La bataille de Friedland sera aussi célèbre et aussi glorieuse pour mon peuple. Toute l’armée russe mise en déroute… C’est la digne sœur de Marengo, Austerlitz, Iéna. » Napoléon.

 « Le 6 nous quittâmes nos cantonnements pour marcher à l’ennemi. Nous le trouvâmes le 10 à Heilsberg où il reçut la meilleure frottée, perdit beaucoup de monde et se retira sur Bartenstine tandis que nous marchâmes directement sur Preuss-Eylau. Le 14 notre armée rencontra de nouveau 80 000 Russes à Friedland petite jolie ville sur la Aller. Là, après avoir manœuvré toute la journée devant eux notre ligne fut formée à 6h30 du soir et ensuite l’ordre d’attaque fut donné. C’est alors qu’il fallait voir la rapidité avec laquelle toute l’armée française fondit sur les Russes, la mitraille, les baïonnettes, les balles, les coups de sabre, lances, boulets, obus etc. tout pleuvait comme grêle sur ces malheureux Russes qui en une heure perdirent à peu près 20 000 hommes tant tués que blessés, noyés etc… 40 pièces de canon furent prises. J’étais pendant ce temps là spectateur de la ligne de la Garde et qui outrepassaient l’Empereur mais après l’orage vient le printemps, ces messieurs se sont retirés en grande hâte et depuis ce temps là nous ne cessons de les harceler dans leur fuite, il en est résulté la prise de Königsberg, le passage de la Pregel etc… » 

Extrait d’une lettre écrite par le général Guyot à son épouse.

 

 

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s