Charles IX de France (1550 – 1574)

Charles IX
“Voulons et ordonnons qu’en tous actes, registres, instrumens, contracts, ordonnances, édicts, tant patentes que missives, et toute escripture privée, l’année commance doresénavant et soit comptée du premier jour de ce moys de janvier.” Donné à Roussillon, le neufiesme jour d’aoust, l’an de grâce mil cinq cens soixante quatre. Et de notre règne le quatrième. Ainsi signé par le Roy en son Conseil. Charles IX de France, Article 39 de l’Édit de Roussillon

”Toujours conseillé par sa mère, Catherine de Médicis, élevé dans la politique du tiers parti, Charles IX, qui avait même eu pour amante une protestant (Marie Touchet), n’avait pas de haine pour les calvinistes. il désirait se réconcilier avec eux. Déjà il leur avait accordé la liberté de culte, sauf quelques restrictions en vue de l’ordre public, et quatre “places de sûreté” : la Rochelle, Cognac, La Charité et Montauban.

En somme, la monarchie avait traité avec un parti rebelle comme avec des belligérants et cette politique, pour réussir, supposait un apaisement général, une vaste réconciliation de famille entre les français. Afin de l’obtenir, Charles IX voulut commencer par en haut. Le premier prince de sang c’était le fils d’Antoine de Bourbon et de la reine de Navarre, c’était le futur Henri IV à qui revenait la couronne si le roi et ses jeunes frères mouraient sans enfants.

Henri de Bourbon était protestant. Sa mère, l’ardente calviniste Jeanne d’Albret, l’avait conduit à La Rochelle et il avait fait ses premières armes sous Coligny. On pouvait prévoir une situation très grave le jour où la couronne passerait des Valois aux Bourbons, où le principe héréditaire appellerait au trône un protestant que les catholiques refuseraient de reconnaitre. C’était et ce devait être la plus grande des difficultés que la monarchie eût rencontrées en elle-même depuis ses origines. L’idée de Charles IX, idée à laquelle, malgré toutes les oppositions, il ne renonça pas, fut de donner sa sœur Marguerite en mariage à Henri de Bourbon pour rapprocher les deux branches de la famille.

C’est dans ce mariage, pourtant destiné à être le symbole de la réconciliation des français, qu’est l’origine de la Saint-Barthélémy…

Le roi Charles IX, très jeune encore, allait mourir dès 1574, soit deux ans après le massacre de la Saint-Barthélémy. Avec la passion qui travestit cette période troublée de notre Histoire, on a souvent prétendu que le remords de la Saint-Barthélémy l’avait tué. Que ces terribles scènes aient frappé son imagination, c’est à l’honneur de Charles IX. Mais sa mort – une pleurésie- fut troublée par autre chose que de simples souvenirs…”

Extrait de l’Histoire de France de Jacques Bainville.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s