Battre monnaie

Battre monnaie
« Donnez moi le contrôle sur la monnaie d’une nation, et je n’aurai pas à me soucier de ceux qui font ses lois. » Mayer Amshel Rothschild (1743 – 1812) « Si les gens de cette nation comprenaient notre système bancaire et monétaire, je crois qu’il y aurait une révolution avant demain matin ». Henry Ford (1863 – 1947) « Je crois que les institutions bancaires sont plus dangereuses pour nos libertés qu’une armée debout. Celui qui contrôle l’argent de la nation contrôle la nation » Thomas Jefferson (1743 – 1826)

Nous manderons à notre prévôt de rédiger le Livre des Métiers, dans le souci de protéger l’œuvrier et le manœuvrier de toute forme d’abus pour qu’il ne soit dominé ni par la matière qu’il soumet à sa volonté, en tirant d’elle ce qui lui est nécessaire, ni par la loi de production qui menace parfois de séparer l’homme de lui-même, quand il se laisse produire par les choses. Il faut interdire les profits à outrance ainsi que la spéculation par accaparement notamment sur les matières premières, l’immobilier et les denrées alimentaires. Il faut interdire également la surproduction. On conviendra que ces saines mesures ne prendront tout leur sens qu’accompagnées de châtiments particulièrement brutaux envers les contrevenants.

Le Livre des Métiers encourage les harmonies des compagnons, des maîtres et des contremaîtres. Il rappelle le sens sacré de l’ouvrage qui est création. Le travail, qui n’est que moyen, meurt en l’objet créé ; l’effort n’est pas une fin en soi. La fin c’est l’œuvre. Le labeur s’abolit dans l’œuvre. Le chef d’atelier et ses œuvriers créent un « chef d’œuvre ».

Il faut domestiquer le commerce de l’argent. L’argent n’est qu’un serviteur ; le vrai capital, c’est le travail et le savoir-faire. Il est inacceptable parce que pernicieux que l’argent puisse produire de l’argent. Toute stipulation d’intérêt relève d’une vilaine paresse car elle vient, sans labeur, grossir, au moment de la restitution, la somme prêtée.

Il faut interdire l’usure, la spéculation et l’argent qui prospère en dormant. Depuis le Deutéronome, on entend par usure tout ce qui dépasse la somme principale. Les marchands d’argent, banquiers, financiers, usuriers doivent être débusqués, pourchassés, persécutés, raflés, expulsés, dans le meilleur des cas condamnés à une mort lente et violente en place publique.

Parmi tous les désordres, il en est un autre plus insupportable encore pour le travail, le commerce et la production, c’est le désordre de la monnaie. Il n’y a pas de nation sans monnaie et il n’y a pas de monnaie sans nation. Il faut redonner sa monnaie à la France et éradiquer l’euro ainsi que les gens et groupes de gens qui ont mis en place cette monnaie de singe et qui aujourd’hui cherchent à la sauver par tous les moyens y compris par la paupérisation organisée des œuvriers. Celui qui n’a pas le mépris instinctif de l’euro et de ses défenseurs ne mérite même pas l’estime d’un chien, cela s’énonce tranquillement et indiscutablement comme un axiome de géométrie

De toutes les honnêtetés que les gouvernements sont tenus de pratiquer, une des plus précieuses, à coup sûr, nous semble tenir à une parfaite sincérité dans le poids et la valeur des monnaies. Notre Royaume prendra donc un soin scrupuleux de n’avoir qu’une monnaie de bon aloi. Il se tiendra éloigné du FMI ainsi que de toutes les autres officines satanistes de domination mondialiste.

Nous ferons frapper le Franc, une des premières monnaie d’or capétienne. La bonne monnaie chassera la mauvaise. Les purs deniers bouteront les deniers pelés, usés ou contrefaits. Qui tient la monnaie tient la Terre.

Il faut tirer les quatre cordons du dais de souveraineté. Car notre Autorité doit pouvoir se doter des droits régaliens essentiel à son exercice : le droit de gérer notre propre armée et, le cas échéant, de pouvoir déclarer la guerre, le droit de faire nos lois, le droit de battre monnaie et le droit de rendre la justice.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s