Sébastien Le Prestre de Vauban (1633 – 1707)

Vauban
« Plutôt la sueur que le sang. »

Véritable expert en poliorcétique (l’art de d’organiser l’attaque ou la défense d’un lieu), Sébastien Le Prestre de Vauban est celui qui dota le royaume de Louis XIV d’une véritable ceinture de fer, faisant ainsi de la France ce fameux « pré carré » tant souhaité par le Roi Soleil. Il fut d’ailleurs nommé maréchal de France par Louis XIV.

Durant toute sa vie, cet ingénieur, architecte militaire, urbaniste, ingénieur hydraulicien mais aussi essayiste, va concevoir ou améliorer une centaine de places fortes qui rendront les frontières du royaume de France inviolées et ce jusqu’à la fin du XVIII ème siècle, période à laquelle les progrès de l’artillerie rendent les forteresses obsolètes.

La citadelle de Lille constitue le fleuron de sa carrière. Vauban la baptisa lui-même « la Reine des Citadelles ». Cet édifice militaire aux dimensions remarquables part d’une idée simple : pas un de ses murs ne peut être approché par l’ennemi sans que celui-ci ne se trouve sous le feu d’un mur voisin. La citadelle de Lille fut paradoxalement la seule citadelle de Vauban prise une fois.

La philosophie de Vauban consistait à limiter les pertes en protégeant ses approches par la construction de tranchées, même si cela demandait de nombreux travaux. Il était pour cela souvent raillé par les courtisans, mais il était soutenu par le roi. Il rédigea, en 1704, un traité d’attaque des places pour le compte de Louis XIV qui souhaitait faire l’éducation militaire de son petit-fils le duc de Bourgogne. Vauban inventa également le casernement qui permit de remplacer le logement du soldat chez l’habitant.

Publicités

2 réflexions sur “Sébastien Le Prestre de Vauban (1633 – 1707)

    1. Certes, je vous accorde qu’ils arboraient tous la même tignasse à l’époque. Ainsi on peut énoncer sans crainte que Racine devait fortement ressembler à Louis XIV de même que Louvois ou la Fontaine, qui avaient eux aussi la même tignasse que Louis XIV. Par ailleurs j’ignorais que Vauban avait une « tâche de naissance sur la joue ». Je savais qu’il avait, sur la joue gauche, une cicatrice ronde due à un coup de mousquet reçu lors du siège de Douai. Mais celle-ci ne peut pas apparaitre sur le dessin dans la mesure où Vauban y présente la joue droite. Merci toutefois pour vos remarques.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s