Louis IX de France dit Saint Louis (1214 – 1270)

Louis IX de France
Saint Louis rendant la Justice. Paris, vers 1260.

La Providence avait orné la France de trois pétales de l’esprit : foi, sagesse et chevalerie. À la différence, hautement symbolique, des royaumes voisins, notre emblème n’était ni une tour crénelée, ni une gueule ouverte d’aigle aux serres éployées, ni un léopard affamé. C’était bien une fleur qui s’ouvrait, peinte sur les armes, sur les gonfanons, sur les oriflammes, une fleur de lys trifoliée, comme si la France voulait crier à l’univers, non pas un trinôme mensonger et manipulateur « liberté, égalité, fraternité » mais plutôt des valeurs organiques et saines de foi, de sagesse et de prouesse qui servent, de par la provision et la grâce de Dieu, le royaume de France plus abondamment que toutes les autres vertus qui inspire la crainte. Les deux feuilles du bas, qui symbolisent la sagesse et la chevalerie, gardent et défendent la troisième qui les surmonte et signifie la foi, car la foi est éclairée par la sagesse et défendue par la chevalerie.

Fils de Louis VIII de France et de Blanche de Castille, Louis IX est né le 25 avril 1214 à Poissy. À la mort de son père, Louis est couronné Roi de France en la cathédrale de Reims le 29 novembre 1226. N’étant alors âgé que de douze ans, c’est sa mère Blanche de Castille qui, conformément au testament de Louis VIII, va exercer la régence jusqu’à la majorité du nouveau monarque. Le 27 mai 1234, Saint Louis se marie avec Marguerite de Provence, le mariage est célébré en la cathédrale de Sens. Sa vertu et sa piété sans faille lui valurent d’être canonisé par le pape Boniface VIII en 1297 et en firent la figure la plus vénérée de l’Histoire de France.

La politique ferme, rude, autoritaire mais vertueuse et charitable menée par Louis IX et ses agents répondaient en réalité parfaitement aux attentes de ce que le peuple de France a toujours attendu (et attend toujours) de son/ses dirigeant(s). L’axiome Monarchiste « l’autorité et l’ordre en haut, les libertés en bas » n’a jamais été aussi vrai et palpable que sous le règne de Saint Louis.

La sincérité d’une vie assujettie aux impératifs de la morale chrétienne, l’esprit d’équité de celui qui proclamait la supériorité  du prud’homme sur le béguin et savait concilier le respect de l’éclat de la monarchie avec l’austérité personnelle et, par-dessus tout, la recherche passionnée de la paix ont donné à Saint Louis un prestige déjà fort peu contesté de son vivant.

Très largement adoré par le peuple de France, Saint Louis est aussi celui à qui l’on doit l’organisation du Parlement. D’autre part, il introduisit une nouvelle conception de la monnaie et, dans un souci d’assainissement du Royaume, il persécuta, chassa, expulsa ou condamna à mort les usuriers, permettant ainsi aux honnêtes travailleurs de vivre pleinement du fruit de leur travail, dans la prospérité et à l’abri des prédations pratiquées par les usuriers corbeaux. Saint Louis fut aussi le premier Roi de France à faire entrer les barons dans l’exercice du pouvoir royal.

Cette royauté féodale, mais où le recours aux notions du droit romain donne une physionomie nouvelle aux rapports féodaux, Saint Louis l’a mise au service d’une cause qui était celle de toute l’Europe chrétienne : la croisade.

Le souci de la Terre Sainte l’a amené non seulement à passer six années de son règne outre-mer, mais surtout à prendre conscience de l’importance des problèmes méditerranéens. Et, dans son désir de donner aux établissements latins d’outre-mer des appuis nouveaux, il a ouvert la voie aux relations diplomatiques et cordiales avec les Mongols et bon nombre de sultans arabes par une politique de la main tendue, introduisant ainsi une perspective planétaire dans les conceptions politiques du temps. Conceptions politiques aujourd’hui bafouées et salies par d’ignobles rats tels que Obamerde, Fabius, Sarkhollande, ou encore Dominique Strauss-Merde.

Saint Louis s’éteint le 25 août 1270, emporté par une dysenterie lors de la huitième croisade, au pied des remparts de Tunis.

Publicités

Une réflexion sur “Louis IX de France dit Saint Louis (1214 – 1270)

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s