Chevaliers de la table ronde

Chevaliers de la table ronde
Hommage à tous les poivrots, amoureux de la gnôle.

Chevaliers de la Table Ronde
Goûtons voir si le vin est bon
Chevaliers de la Table Ronde
Goûtons voir si le vin est bon
Goûtons voir, oui, oui, oui
Goûtons voir, non, non, non
Goûtons voir si le vin est bon.
Goûtons voir, oui, oui, oui
Goûtons voir, non, non, non
Goûtons voir si le vin est bon.

S´il est bon, s´il est agréable
J´en boirai jusqu´à mon plaisir

J´en boirai cinq a six bouteilles
Et encore ce n´est pas beaucoup

Si je meurs, je veux qu´on m´enterre
Dans une cave où il y a du bon vin

Les deux pieds contre la muraille
Et la tête sous le robinet

Et les quatre plus grands ivrognes
Porteront les quat´ coins du drap

Pour donner le discours d´usage
On prendra le bistrot du coin

Et si le tonneau se débouche
J´en boirai jusqu´à mon plaisir

Et s´il en reste quelques gouttes
Ce sera pour nous rafraîchir

Sur ma tombe je veux qu´on inscrive
Ici gît le Roi des poivrots

Publicités

Cathédrale Notre-Dame de Rouen

Cathédrale Notre-Dame de Rouen
Joyau de la Normandie

La cathédrale Notre-Dame de Rouen est un édifice de style gothique dont les premières pierres datent du haut Moyen Âge. Les travaux de construction de cette fabuleuse cathédrale gothique démarrèrent en 1145 et s’achevèrent en 1506.

La cathédrale Notre-Dame de Rouen a conservé son palais archi-épiscopal ainsi que les édifices annexes datant de la même période ce qui constitue une particularité rarissime en France. Il est à noter que, comme bon nombre de grands édifices gothiques normands, la cathédrale Notre-Dame de Rouen est dotée d’une « tour-lanterne » sur la croisé du transept.

Par ailleurs, la cathédrale Notre-Dame de Rouen est la plus haute cathédrale de France (151 mètres) et fut même, après qu’elle fut couronnée d’une flèche en fonte en 1876, le plus haut édifice du monde et ce jusqu’en 1880 date à laquelle elle fut détrônée par la cathédrale de Cologne.

La cathédrale Notre-Dame de Rouen est mondialement connue notamment grâce à une série de 30 tableaux que l’artiste Monet lui consacra à la fin du XIX ème siècle.

En juin 1944, lors de l’invasion de la France par les forces atlanto-libérales, ce joyau de la Normandie fut éventrée par sept torpilles américaines dont une, tombée dans le chœur, n’explosera heureusement pas. Par la même occasion, c’est toute la ville de Rouen qui fut rayée de la carte par les gentils bombardements humanitaires et démocratiques des américains.

Pêcheur breton

Pêcheur breton
Hommage à une activité ancestrale aujourd’hui délibérément asphyxiée par les rats et les crevures ultra-libérales de Bruxelles.

Me zo ganet e-kreiz ar mor
Teir leo er-maez ;
Un tiig gwenn du-hont am eus,
Ar banal ‘gresk e-tal an nor
Hag al lann a c’hol’ an avaez.
Me zo ganet e-kreiz ar mor
E bro Arvor.

Chouannerie #3

Chouans du Morbihan
Hommage aux paysans chouans morts pour la France dans leur résistance héroïque contre la démocratie, véritable dictature du nombre au service de la banque et de la bourgeoisie et contre la république illégitime des menteurs, des voleurs et des usurpateurs.
Vive Dieu, Vive le Roi, Vive la France !

Les Chouans avaient pour coutume de nommer eux-mêmes leurs chefs. Ces chefs étaient, pour la plupart, des paysans qui avaient fait la démonstration de leur bravoure, de leur courage ainsi que de leurs talents militaires. Néanmoins, les plus importants chefs chouans étaient d’anciens officiers ou des gentilshommes du pays. Parmi les plus célèbres on pourrait citer Boisguy encore écolier à la Révolution, Boishardy ancien officier d’infanterie, le célèbre Cadoudal et son ami Mercier qui firent trembler Bonaparte, Louis de Frotté héros de la Normandie, Moulin Taillandier, Puisaye le général de Quiberon, Phélippeaux, Bruslart, Guillemot, Limoëlan Lahaye de Silz ancien marin, Sol de Grisolles ou encore Bourmont qui deviendra maréchal de France.

Ketan mar ou dès konbatet (bis)
Oé koet Kamorh, e hues kleuet.

Vive les chouans, les chouans, les chouans,
Vive les chouans du Morbihan ! (bis)

A Quiberon avaient retraité, (bis)
Poursuivis par l’égalité.

Vive les chouans, les chouans, les chouans,
Vive les chouans du Morbihan ! (bis)

A Quiberon ils s’étaient rendus, (bis)
Le piège des bleus était tendu.

Vive les chouans, les chouans, les chouans,
Vive les chouans du Morbihan ! (bis)

Et de Quiberon quand ils partirent ! (bis)
S’en furent dans le pré des martyrs !

Vive les chouans, les chouans, les chouans,
Vive les chouans du Morbihan ! (bis)

Les chouans fidèles à Dieu, au Roi, (bis)
A Quiberon sauvèrent leur Foi.

Vive les chouans, les chouans, les chouans,
Vive les chouans du Morbihan ! (bis)

Dolmen

Dolmen
Breizh Dolmen.

Les dolmens européens, véritables constructions mégalithiques préhistoriques, ont été construits entre la fin du V ème millénaire et la fin du III ème millénaire. Les dolmens sont généralement constitués d’une grosse dalle de couverture reposant sur des pierres verticales qui lui servent de pieds. Les dolmens faisaient office de monuments funéraires abritant des sépultures souvent collectives.

En France, on dénombre environ 4000 dolmens dont le schéma d’implantation va de la Bretagne au Languedoc-Roussillon en passant par la Vendée, le Poitou, le Limousin, le Quercy, le Rouergue et une partie de la Provence.

Blanche Hermine

Blanche Hermine
Mustea erminea

J’ai rencontré ce matin devant la haie de mon champ
Une troupe de marins, d’ouvriers, de paysans
Où allez-vous camarades avec vos fusils chargés
Nous tendrons des embuscades viens rejoindre notre armée

La voilà la Blanche Hermine vive la mouette et l’ajonc
La voilà la Blanche Hermine vive Fougères et Clisson

Où allez-vous camarades avec vos fusils chargés
Nous tendrons des embuscades viens rejoindre notre armée
Ma mie dit que c’est folie d’aller faire la guerre aux Francs
Mais je dis que c’est folie d’être enchaîné plus longtemps

La voilà la Blanche Hermine vive la mouette et l’ajonc
La voilà la Blanche Hermine vive Fougères et Clisson

Louis XV le Bien-Aimé (1710 – 1774)

Louis XV
C’est sous le règne de ce roi mou que se déroulera la révolution franc-maçonne. Les événements ténébreux de 1789 – 1793 en seront l’aboutissement.

En 1723, à la mort du régent Philippe d’Orléans, Louis XV règne officiellement. En réalité, le pouvoir est exercé par le duc de Bourbon puis par le cardinal de Fleury, qui parvient à rétablir les finances du royaume. Pendant les années 1743 – 1758, Louis XV gouverne par lui-même. La publication de l’Encyclopédie est interdite l’année même du désastre de Rossbach (1757). Puis, Louis XV abandonne la direction du royaume au duc de Choiseul, lequel favorise indirectement l’opposition des parlements et des philosophes.

En 1770, avec l’arrivée du triumvirat Maupeou – Aiguillon – Terray, le pouvoir se durcit. L’intérêt pour toutes les formes de sciences se fait croissant, et se poursuivra sous le règne suivant.

À l’extérieur, la France, dont le rayonnement culturel n’a jamais été aussi intense, apparait, malgré quelques succès militaires, politiquement affaiblie ce dont témoigne la perte du Canada au profit des putridités anglo-saxonnes en 1763.

La marquise de Pompadour, agent des anglais en terre française, devient maîtresse du roi en 1745, année au cours de laquelle Voltaire est nommé historiographe du roi. Madame de Pompadour jouera un rôle important dans le domaine des arts et des lettres afin de mieux pervertir la monarchie et la rendre toujours plus décadente, ce dont Louis XV ne se rendra jamais compte. Elle fait nommer au poste de directeur des Bâtiments son frère, le marquis de Marigny. Celui-ci, soigneusement préparé à ses nouvelles fonctions, mêle judicieusement les commandes aux artistes de tendance rocaille, tels Boucher et Fragonard, ou plus classique, comme par exemple Gueuze, Vernet, Carl Van Loo ou encore Vien.