Bataille d’Ouessant (27 juillet 1778)

Bataille d'Ouessant
Le Cumberland (à droite) pilonné par les 110 canons du Bretagne. Bataille d’Ouessant, 27 juillet 1778.

Au fil des siècles, les anglais, peuple d’insulaires toujours tourné vers la mer, s’étaient dotés d’une marine, la Royal Navy, qui, à force de développement, leur permis d’exercer une véritable domination sur les mers du globe à travers un quasi monopole commercial qui trouvait ses racines dans un vaste empire colonial sans égal. C’est la dictature thalassocratique anglaise.

Les français, de leur côté, sont essentiellement terriens et très attachés au sol. Pour le laboureur, le vigneron, l’éleveur, le bourgeois ou le noble, la mer rime avec privations, abstinences religieuses, exil vers l’inconnu. Pour les français, la mer suscite la peur, elle rappelle les naufrages, les pirates, le scorbut, les galères. D’ailleurs la France, profitant de ses richesses agricoles, voit les navires marchands venir à elle mais n’éprouve en aucun cas le besoin d’en envoyer.

Au milieu du XVIII ème siècle, Louis XV et son successeur Louis XVI prennent conscience qu’il est urgent de donner à la France une marine digne de ce nom afin de briser une hégémonie anglaise parfaitement déloyale, véritable menace sur le monde. Cette marine française s’appellera la Royale et ce projet immense finira par porter ses fruits malgré des débuts difficiles.

Le 27 juillet 1778, au cours de la guerre d’indépendance des États-Unis, la Royale, dans son projet d’affaiblissement de la puissance coloniale anglaise, affronta la Royal Navy à 100 milles nautiques à l’ouest de l’île d’Ouessant. Une bataille très attendue par l’opinion française qui vivait dans la revanche des défaites de la Guerre de Sept Ans.

Lors de la bataille d’Ouessant, 29 vaisseaux de guerre français font face à 30 bâtiments anglais. L’artillerie gronde pendant plusieurs heures et, dans la nuit, la Royale Navy finit par « filer à l’anglaise ». La flotte française regagne la rade de Brest, elle compte 163 morts et 517 blessés sur 17 000 hommes embarqués ainsi que plusieurs bâtiments endommagés.

L’armée navale de Louis XVI, la Royale, a rempli sa mission en mettant la Royal Navy en fuite et ce malgré des maladresses présumées de commandement. D’ailleurs, le fait que l’amiral anglais Keppel fut traduit en cour martiale à la suite de la bataille montre que, côté anglais, l’issue du combat fut bien vécue comme une défaite. La Royal Navy n’était plus invincible.

Cette entreprise navale colossale menée par Louis XV et Louis XVI et qui visait à hisser la France vers le haut fut anéantie en quelques temps durant l’orage révolutionnaire par la nullité et l’incompétence des jacobins.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s