Henri III de France (1551 – 1589)

Henri III de France
« Ce Roy étoit un bon prince, s’il eût rencontré un meilleur siècle. »

Quatrième fils de Henri II et de Catherine Médicis, Henri III est le dernier roi de la dynastie des Valois. D’abord chef de guerre dans les armées royales, Il n’est pas vraiment destiné à régner. Toutefois, en 1573, Henri s’empare du trône de Pologne vacant. Mais l’année suivante le roi Charles IX, frère ainé d’Henri, décède sans descendance mâle. Henri abandonne précipitamment son trône de Pologne, rentre à Paris et devient roi de France.

Henri III hérite d’un royaume de France miné par les guerres de religion. Son règne est sans doute l’un des plus tumultueux et l’un des plus compliqué qu’un roi de France ait eu à accomplir. Pas moins de quatre guerres de religions se dérouleront sous son règne. Henri III doit faire face à diverses factions politiques ou religieuses soutenues par des puissances étrangères qui tenteront de mettre un terme à son autorité : le parti des malcontents, le parti des protestants et surtout celui de la Sainte Ligue catholique du duc de Guise qui juge Henri III trop conciliant envers les protestants.

La difficulté pour Henri III consistait à se maintenir au dessus de toutes ces factions dans les intérêts du royaume. Dans ce climat de tension, de trahisons et de complots, Henri III s’appuie sur des hommes neufs et de confiance souvent issus de petite noblesse. Sa cour voit donc se développer toute une ribambelle de favoris que l’historiographie appellera les mignons. Sur le modèle d’Henri III, ces mignons se fardent, se poudrent, se frisent les cheveux, portent des boucles d’oreilles, de la dentelle et de grandes fraises empesées. Ces courtisans d’un genre nouveau feront l’objet de vives railleries de la part du menu peuple et notamment des protestants. Mais malgré leur goût prononcé pour les fêtes, l’apparence, la mode et la culture, ces hommes n’en demeuraient pas moins de rudes chefs de guerre.

Hostile à toute frivolité, les prédicateurs protestants dénoncent et condamnent fermement ces phénomènes de mode, interdisant même la pratique de la danse, usuelle chez les catholiques. Ces attaques véhiculées par les protestants seront vite récupérés par la Sainte Ligue qui ne tarde pas à mettre sur pied, dès 1585, une vaste campagne de désinformation à l’égard d’Henri III et de ses mignons.

Mais la popularité, les ambitions et l’influence de la Sainte Ligue prennent une ampleur considérable au point de faire réellement de l’ombre au pouvoir royale et ce sera le souci majeur d’Henri III pendant tout son règne. Le 13 mai 1588, la Sainte Ligue entre dans Paris malgré l’interdiction qui lui en avait été faite. Henri III fait entrer des mercenaires suisses pour défendre la capitale, déclenchant ainsi une vaste insurrection pilotée par la Ligue, c’est la journée des barricades qui aura raison du roi puisqu’il sera contraint de quitter la capitale pour Chartres où il trouve refuge.

Fatigué de cette situation et voyant son pouvoir se réduire constamment au profit de la Ligue, Henri III décide d’en finir avec le Duc Henri Ier de Guise, chef de la Sainte Ligue. Le 23 décembre 1588, ils stipendient ses mignons pour faire assassiner Henri de Guise au château de Blois.

Mais dans ces temps obscurs de haine et de violence, l’assassinat est une pratique monnaie courante et Henri III en fera lui aussi les frais. Le 1er août 1589, tandis qu’il est installé à Saint-Cloud, Henri III est poignardé par un certain Jacques Clément, moine dominicain rattaché à la Ligue. C’est le cousin d’Henri III, Henri de Navarre, qui lui succède sous le nom d’Henri IV. S’en était fini de la dynastie des Valois.

« Ce Roy étoit un bon prince, s’il eût rencontré un meilleur siècle. » Ce seront les mots utilisés par le chroniqueur Pierre de l’Estoile pour rappeler que, malgré sa personnalité particulière et la haine qu’il pu susciter auprès des populations et des factions, Henri III avait aussi bien des qualités.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s