Hospices de Beaune

Hospice de Beaune
Joyau de la Bourgogne.

La construction des Hospices de Beaune démarra en 1443 par la volonté de Nicolas Rollin, chancelier du Duc de Bourgogne Philippe le Bon, d’édifier un hôpital pour accueillir les plus nécessiteux. En 1452, l’hôpital accueillit son premier patient. 514 ans plus tard, l’édifice n’avait pas pris une ride et servit de décor pour une scène de la Grande Vadrouille. Aujourd’hui, toujours coiffé de sa somptueuse toiture bourguignonne, cet écrin d’architecture abrite, en plus du magnifique polyptyque du Jugement Dernier de Rogier Van der Weyden, un musée de la médecine fort d’une collection de quelques 5000 meubles et objets. On peut notamment y découvrir l’apothicairerie qui renferme une centaine de pots en faïence dans lesquels étaient conservés onguents, huiles et autres alcoolats de sureau. Lors de sa visite, lefouduroy aurait d’ailleurs volontiers daigné goûter à cette gnôle pour le moins peu commune.

Publicités

Une réflexion sur “Hospices de Beaune

  1. Bravo !

    P.

    P.S. : L’alcoolat de sureau irait sans doute fort bien après une bonne bouchée du jambon persillé dont vous vous régalez tant.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s