Fouquier-Tinville (1746-1795)

Qui n’éprouve pas une haine et un mépris instinctif à l’égard de cet abominable républicain ne mérite même pas l’estime d’un chien.

Fils cadet d’une riche famille bourgeoise, il devint, après ses études de droit, clerc d’un procureur au Châtelet. Sous la révolution, il fut élu par la Convention accusateur-public du nouveau tribunal criminel extraordinaire (futur tribunal révolutionnaire). Agissant sur simples dénonciations des autorités ou des citoyens, il envoya à l’échafaud des femmes et des hommes innocents par charrettes entières. C’est lui l’accusateur public aux procès de l’Héroïne Charlotte Corday (17 juillet 1793) et de Marie-Antoinette, Reine martyre. Ce sinistre personnage incarne à merveille la violence et la haine exercées par la république à l’égard du petit peuple de France de l’époque.

Publicités

2 réflexions sur “Fouquier-Tinville (1746-1795)

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s