L’auberge et ses poivrots

L'auberge des poreux
Ivrognisme en auberge. Paris, 1871.

Ouvriers socialistes et poivrotiques célébrant, par l’ivrognisme, l’incendie de l’Hôtel de Ville de Paris au soir du 24 mai 1871 lors de la Commune. Suite à l’incendie, l’édifice fut reconstruit entre 1874 et 1882 d’après les plans des architectes Théodore Ballu et Edouard Deperthes qui s’inspirèrent très largement du bâtiment d’origine.

Publicités

2 réflexions sur “L’auberge et ses poivrots

  1. Une nuit tragique avec la disparition des archives et de la bibliothèque de l’hôtel de ville. RIP Napoléon 3 grand homme trop souvent méprisé. A ce sujet je conseille fortement la lecture de l’ouvrage écrit par Philippe Séguin, un des derniers grands hommes d’état de notre Ve République.

  2. Bonjour cher Tancrède. Nous sommes bien sur la même longueur d’onde. Napoléon III est quasiment tombé aux oubliettes de l’Histoire malgré sa grandeur et tout ce qu’il a apporté à la France… Quel est cet ouvrage de Philippe Séguin dont vous parlez?
    Cordialement

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s